Toute consultation quelle que soit la discipline commence par un recueil d’information, puis l’établissement d’au moins un objectif, clair et précis. Il existe plusieurs courants dont le solutionnisme dont j’aimerais parler dans cet article.

Dans notre expérience quotidienne toute réalisation est créée deux fois, tout acte est précédé d’une création mentale et est suivi de l’acte concret, autrement dit le comportement, et tout comportement est précédé d’une projection mentale consciente ou inconsciente du résultat souhaité.


Par exemple en entrant dans une pièce que je connais, automatiquement ma main se dirige vers l’interrupteur pour allumer la lampe, je sais inconsciemment que ce comportement va produire « fiat lux » et si ce n’est pas le cas je serai un peu étonnée « ha l’ampoule est à changer » ! Et même si je sais que l’ampoule est défectueuse j’aurai ce comportement automatique d’appuyer sur le bouton.

Pour atteindre un objectif, de façon consciente il est recommandé pour optimiser le résultat, d’explorer la réalisation en l’évoquant mentalement, et plus je serai précise dans ma projection plus la création « bis » aura des chances de se concrétiser. Pour illustrer ceci, je peux penser à une destination, j’ai le choix de placer mon attention sur la recherche et réservation des billets, remplir des formulaires, le checking, l’attente, les transits, les contrôles douaniers, les 12h de vols, les 8h de décalage horaire … ou bien, penser au son des vagues, du sable sous mes pieds, à la brise légère sur ma peau bronzée…

Voyez la différence de ressenti entre tourner autour du problème et tourner autour de la solution, quelle énergie vous attire plus ? Qu’est ce qui fait que vous auriez envie d’acheter ce voyage ?


Évidement il n’est pas question d’exclure l’un ou l’autre, il est question de doser et d’équilibrer, et de prioriser où mon bénéficiaire va porter son attention, sur ce qu’il souhaite atteindre ou sur ce qu’il souhaite se défaire ? Ainsi j’oriente le travail et le langage vers les solutions, c’est faire en sorte que le patient se familiarise avec un nouveau pouvoir sur sa vie.

Quelques questions sur l’état présent, puis transiter rapidement sur l’état désiré, être le plus précis possible, détailler sur le VAKOG, d’un point de vue neurologique c’est tout bénéfice de créer de nouvelles connexions que de renforcer d’anciennes non appropriées que le patient connaît plus que bien et même trop, le conduire à habituer son mental à des nouvelles possibilités, lui ouvrir un champ des possibles.

Et bien plus encore vérifier l’écologie, déceler les bénéfices secondaires, les avantages cachés à ne pas atteindre l’objectif. L’écologie sera le sujet d’un prochain article.

Si vous avez aimé l'article, vous êtes libre de le partager ! :)
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •